Contempler la nature avec Célia Middlemiss

Contempler la nature avec Célia Middlemiss

Du 29 mars au 30 avril, La Capitale Galerie présente le travail de Célia Middlemiss. Peintre de l’abstraction, l’artiste travaille à capturer la magie lumineuse de la nature via un travail sur les couleurs. L’oeuvre nous invite à prendre le temps de regarder ce qui trop souvent nous échappe.

 

/// Alina Roches-Trofimova

 

La peinture de Célia Middlemiss s’attache à capturer les variation de couleur et de lumière. En entrant dans l’exposition, nous nous retrouvons face à une large palette colorée qui manie aussi bien des tons terreux qui rappellent les feuilles d’automne que des tons vifs, saturés, qui nous amènent le soleil et l’éclat d’un ciel dégagé. Ce travail sur la couleur est au centre de l’oeuvre de Célia Middlemiss. En effet, l’artiste mélange elle-même des pigments purs à l’acrylique afin de parvenir à une justesse dans les nuances obtenues. S’en dégage une lumière captivante qui semble n’attendre qu’une chose :  être regardée.

 

©Célia Middlemiss

 

Ce travail sur la couleur et la lumière s’accompagne d’un travail tout aussi considérable sur les formes et les lignes. Nous prenons le temps de regarder et alors tout est là :  les vagues, les feuilles d’automne, le reflet de la végétation sur l’eau, le ciel bleu, le soleil, les arbres et la terre. Une même toile est ici capable de faire défiler les heures et les saisons. Le temps d’un tableau, tout nous est offert. Dans la lignée de Piet Mondrian, Célia Middlemiss extrait, par la force de ses compositions, les essences de la nature afin d’en révéler l’essentiel. Dans une lettre adressée à Hendricus Petrus Bremmer, Mondrian écrivait :  « Je construis des lignes et des combinaisons de couleurs sur des surfaces planes afin d’exprimer, avec la plus grande conscience, la beauté générale. » — c’est là également la démarche de Célia Middlemiss.

 

©Célia Middlemiss


Le magnétisme de ces formes colorées encourage la contemplation. Leur entrelacement a quelque chose d’hypnotique, il en appelle à notre sensibilité et, sans que l’on sache trop dire pourquoi, nous apaise par sa présence vibrante. Devant ces peintures comme devant un paysage qui coupe le souffle, nous sommes invités à nous arrêter pour prendre le temps d’observer ces impressions lumineuses. Dans un monde qui court à toute allure, Célia Middlemiss nous invite à ralentir et à voir « la beauté générale ».

 

©Célia Middlemiss
 

Visuel de couverture :  ©Célia Middlemiss

 

La Capitale Galerie