« Magique » : une exposition à la confluence entre le mystère et les sciences sociales

« Magique » :  une exposition à la confluence entre le mystère et les sciences sociales

Du 15 avril 2022 au 5 mars 2023, le musée des Confluences de Lyon présente l’exposition « Magique ». Un riche parcours à la scénographie étonnante qui ne peut que passionner le visiteur tant le fond et la forme sont travaillés et fonctionnent en symbiose. Une véritable expérience à ne pas rater.

 

/// Alina Roches-Trofimova

 

L’exposition prend le pari de ne pas uniquement nous parler de magie, mais de nous la faire vivre en nous invitant à nous immerger dans un monde mystérieux. Plongés dans le noir, nous naviguons entre différents espaces, différentes thématiques, et notre réflexion s’accompagne d’une véritable expérience sensible. La scénographie immersive nous envoûte car les moindres détails ont été pensés pour stimuler notre curiosité jusqu’à l’odorat. Si l’originalité scénographique est au rendez-vous, le socle du parcours reste bien la réflexion concernant le rapport des sociétés à l’occulte.

La magie est avant tout un fait social porté par des croyances spirituelles et populaires. Parfois, elle peut également être promue par le monde du spectacle pour amuser, fasciner, faire peur, ou les trois à la fois. D’autres fois encore, comme avec les augures romains, elle a pu servir à prendre des décisions politiques. En réalité, le terme « magique » englobe une myriade de phénomènes et d’imaginaires différents. Voyage au coeur de la complexité d’un fait social.

 

Bryone dioïque, Bryonia dioica ou Mandragore, Mandragora officinarum. La mandragore, plante méditerranéenne, a été associée à la magie en raison de la forme humaine de sa racine et de ses propriétés psychotropes. Par son apparence, elle est souvent confondue avec la bryone, mais leurs propriétés diffèrent : la mandragore stimulerait le désir alors que la bryone, appelée « navet du Diable », favoriserait la chance aux jeux. © Muséum de Toulouse – Jacques Sierpinski

Omniprésente dans notre culture populaire et pourtant méconnue, la magie se dévoile dans cette exposition comme étant un fait social pluriel. L’exposition s’appuie sur des éléments historiques, anthropologiques et sociologiques pour affirmer, à travers une réflexion transdisciplinaire, la richesse d’un phénomène social universel. En effet, la magie semble avoir toujours accompagné l’humanité, sur tous les territoires du globe et dans toutes les franges de la population. Elle n’est toutefois pas uniforme et navigue entre une multitude de visages dont la variation peut être liée autant à l’époque, qu’à la géographie ou au milieu social. La magie est un phénomène profondément polymorphe et le terme recouvre en réalité une très riche variété d’époques, de pratiques, de mythes et de figures. De l’interprétation des auspices par les augures à Rome à la chasse aux sorcières, de la communication avec les esprits à la potion d’amour, en passant par les spectacles de tours de magie ou les représentations cinématographiques de phénomènes surnaturels (les sorciers ou les superhéros, pour ne citer qu’eux), la magie habite nos sociétés et forge notre imaginaire collectif.

 

Couverture du livre Thurston the great magician de Jim Steinmeyer, © Collection Allan Slaight – musée McCord, Canada, Montréal

Le besoin de magie met en lumière une volonté de combler les absences, d’outrepasser l’incompréhension. Lorsque laisser une question en suspend semble insupportable, la magie vient à la rescousse — tantôt guérisseuse, tantôt synonyme de mauvaises augures. Que ce soit concernant des questionnements quant aux incompris de la nature ou concernant des problématiques plus intimes (expliquer une succession de malheurs, trouver l’amour), la magie vient apporter des réponses variées et aide à construire du sens autour de ces questions existentielles. Elle peut pour nous ce que nous ne pouvons pas pour nous-mêmes : voir dans le passé ou dans le futur, trouver le coupable de notre malchance (un sort jeté), les raisons qui font la chance d’un autre (un pacte avec le diable), devenir un porte-bonheur ou une amulette — elle nous donne les réponses dont nous avons besoin. En outre, elle est également un levier à émotions : le dégoût, la peur, la fascination, le rire, etc. Lorsque la magie devient un spectacle, lorsque se faire peur devient un amusement, la magie porte déjà un tout autre costume. Le magique est un caméléon à travers lequel nous sommes invités à nous découvrir — miroir social et miroir de la condition humaine.

 

Exposition Magique au musée des Confluences, musée des Confluences © Philippe Somnolet / Item, 2022
 

L’exposition parvient à nous raconter une histoire – avec un petit ou un grand « h », au choix. Dans cet espace à la fois ludique et porteur d’interrogations profondes, rien n’est laissé au hasard et nous sont offerts plusieurs niveaux de lecture. Une exposition qui fait naître à la fois l’émerveillement et de passionnantes réflexions à voir à Lyon !

 

Ensemble d’amulettes, © musée des Confluences – Olivier Garcin
 

Visuel de couverture : Exposition Magique au musée des Confluences, musée des Confluences, © Philippe Somnolet / Item, 2022

 

Musée des Confluences

  • Adresse : 28 boulevard des Belges
  • Code postal : 69000
  • Ville : Lyon
  • Pays : France
  • Tel : 04 72 69 05 00
  • Site Internet : www.museedesconfluences.fr
icon-car.pngFullscreen-Logo
Musée des Confluences

chargement de la carte - veuillez patienter...

Musée des Confluences 45.773100, 4.851430